LA COMPLAINTE D’UN BANQUIER, « PETIT FRÈRE » DE MADOFF

LA COMPLAINTE D’UN BANQUIER, « PETIT FRÈRE » DE MADOFF

Lorsque sur le vieux banc, je m’assois

Vis-à-vis de ma banque, à Saint-François*

Ne suis plus qu’un homme sur son banc

Qui se souvient de sa vie de vieux forban.

 

Alors, j’égrène les miettes de ma gloire,

Tout autour de moi, sans aucun espoir.

Des miettes que les pigeons picorent,

En en redemandant. Encore, encore.

 

Ils ne me lâchent plus, ils se vengent

Et ma gloire en miette ils la mangent.

Également pigeons étaient mes clients

Et longtemps, j’ai vécu en les spoliant.

St-François

* Saint-François n’a jamais été banquier. Pourtant, à Lausanne, la Place qui porte son nom est celle des banques.

(Malgré les fusions à répétitions, elles restent deux sans compter la Poste et son organisme financier (Postfinance) devenu également un des cinq « too big to fail » de notre belle Helvétie.)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s