Un bon peintre est un peintre mort !

Un bon peintre est un peintre mort !

Un peintre hyperréaliste, grand naïf malgré tout,

Chez son galeriste, présente ses œuvres. Le tout !

Un jour qu’il arrive dans la galerie sans crier gare

Plus aucune toile n’est aux cimaises. Il est hagard.

Les murs sont vides, toutes les images ont disparu !

Volées peut-être ? Ou décrochées, c’est plus couru !

 

«Ah ! Pour vos toiles, j’ai deux nouvelles: mauvaise et bonne !

Laquelle choisissez-vous ? Qu’en premier lieu je la claironne. »

« Allez-y pour la bonne ! Pour l’autre, on verra toujours ! »

« Alors la voici: Toute vos œuvres sont vendues à ce jour.

Le tout en une seule fois. À très bon prix, celui du catalogue. »

« Quoi ? Vraiment ? Oh ! C’est là un vraiment fort joli épilogue. »

 

« Mais dès lors, quelle pourrait être la si mauvaise nouvelle,

À part le fait qu’il faudra que toute mon œuvre, je renouvelle ? »

« C’est que les acheteurs -avant de lâcher la montagne de picaillons-

M’ont posé une question qui n’est point celle de gentils bracaillons,

Mais celles de requins de l’art: – Ces toiles prendront-elles de la valeur,

Le jour où décédera le Grand Artiste… Pour son seul malheur ? »

 

« Ma réponse fut oui, bien entendu. C’est un fait tellement banal ! »

« Eh bien, oui ! Rien que de tout à fait normal, rien de très original.

Bien que la démarche soit certainement uniquement spéculative,

Je ne vois pas en quoi cette nouvelle est, en un seul point, négative. »

« En fait, elle ne l’est que pour vous seul, Grand Maître du dessin. 

Les acheteurs sont un couple… Le mari est votre propre médecin ! » 

Publicités
Il est 21 heures, « Mort à la bière et que vive le vin ! »

Il est 21 heures, « Mort à la bière et que vive le vin ! »

Dans la presse suisse on a pu lire ceci : Les députés vaudois ont bouclé mardi la révision de la loi sur les auberges et débits de boisson. Une de ses mesures interdit la vente d’alcool à l’emporter le soir,  à l’exception du vin.

Maintenant, dans notre beau canton de Vaud

Où, verre à la main, on discute dans les caveaux

Les députés prouvent en cette nouvelle occasion,

L’inanité et la bêtise de leurs élucubrations.

Stop à l’alcool !… Sauf celui des vignerons.

Sévèrement, les contrevenants, ils puniront.

 

Oui, nos édiles veulent éviter les beuveries,

Celles des jeunes, devenues véritables tueries.

Pour ce faire, plus d’alcool ! Fini la bière !

Fini les saouleries rapides et meurtrières,

Exception pour un des produits du terroir,

Pour lui, l’interdiction reste dans les tiroirs.

 

Car, bien sûr, le Chasselas point ne saoule

Et si agréablement, dans les gosiers coule.

Ainsi que toujours en politique, comme il se doit,

On protège les vignerons et les encaveurs vaudois

Non, aucun élu ne tient à leur donner l’estocade

Ces gens-là votent « corectement  » et sans foucade.

 

Les jeunes, eux, ils s’en moquent, ils ne votent plus.

Et si c’était pour cela qu’ils se bituraient tant et plus ?

Parce que le fric est devenu la seule vraie valeur

Et que l’éthique des politiques est celle de branleurs

Imaginant qu’il est mieux que quelques jeunes meurent

Plutôt que le lobby des vignolants perde sa belle humeur.