Petits meurtres pour Madame et son mari

Petits meurtres pour Madame et son mari

Comment occire madame sans se faire prendre.

Un matin, au guichet d’une petite banque

Un gars, pas du tout le genre saltimbanque,

Arme dans une main, sacoche dans l’autre

D’un pas ferme, sans s’occuper des autres,

Se plante devant le guichetier tremblant.

Il est très décidé. Il ne fait point semblant.

***

Du seul signe de son feu, il exige la caisse.

En un instant et sans le moindre pataquès,

Du gangster, le grand sac de cuir s’empli,

Le mec se retourne alors, forfait accompli.

Il avise un client et le questionne en le fixant.

D’une voix sépulcrale, avec un drôle d’accent:

***

 – Alors, Toi, là ! Aurais-tu vu quelque chose ?

Oui ! Vous êtes un braqueur ! Un vrai virtuose !

Sans hésiter, le vil bandit, braque son arme.

Pan ! Le témoin s’écroule. Funèbre vacarme.

La même question est posée au client suivant.

Lui, on le comprend, tient à rester bien vivant.

***

– Moi ? Promis, je n’ai absolument rien pu voir!

Pitié ! Je vous l’assure, je n’ai rien vu. Il faut savoir :

J’ai un rhume et j’avais le nez dans mon mouchoir.

Par contre, ma femme, qui veut toujours tout savoir,

Être en mesure de cancaner et d’ouvrir son crachoir…

Oui, je vous en conjure, il faut vraiment me croire…

« En aucun cas, à une telle histoire, elle ne veut surseoir !

Elle aura fait son maximum pour absolument tout voir ! »

♠♥♣♦♠♥♣♦♠♥♣♦♠♥♣♦♠♥♣♦♠♥♣♦♠♥♣♦♠♥♣♦♠♥♣♦

♠♥♣♦♠♥♣♦♠♥♣♦♠♥♣♦

Bientôt veuve !

Une Dame dont le mari était fort riche

Mais d’un tempérament plutôt chiche,

Un jour, pris rendez-vous chez la voyante

En demandant la séance la plus payante.

 ***

Elle voulait savoir comment l’avenir se déroule.

La pythie questionna alors le cristal de sa boule

Et diverses choses plaisantes, dévoila à sa cliente.

L’important étant que la Dame soit contente.

 ***

Mais celle-ci ne l’était pas. Elle restait sur sa faim.

Pour le prix, elle voulait savoir, tout, jusqu’à la fin.

La voyante dévoila donc le reste… Presque tout.

Omettant ce qui aurait pu chagriner, surtout !

 ***

«Madame Irma -c’était son nom- dit alors la cliente,

Je vous ai payée, alors allez-y ! Je suis vaillante

Tout, même le plus grave, je me dois d’entendre

Avec moi, aucune pincette ne devez prendre

***

Les yeux sur sa boule, Madame Irma pousse un cri

«Mon Dieu, non ! Quel horreur !… Pourtant, c’est écrit,

Très prochainement votre cher mari va mourir,

La vie on va lui raccourcir. On va le faire périr

 ***

La Dame, ne laisse paraître aucune faiblesse,

Reste stoïque, son attitude est sans mollesse.

D’une voix neutre, elle pose alors la question suivante :

«Et le juge me chargera-t-il de circonstances aggravantes ?»

 **********************

Publicités
«SI 2» cloué au sol ou l’art de la communication écolo… illogique.

«SI 2» cloué au sol ou l’art de la communication écolo… illogique.

Dans «Le Temps»*, un journaliste qui parle de budget pharaonique (150 millions FrS), de contraintes techniques et logistiques très contraignantes, de vulnérabilité et de lenteur de l’engin pose la question suivante: «Ces déboires affaiblissent-ils la portée du message de promotion des énergies renouvelables?». Sur quoi Bertrand Picard qui se nomme lui-même «savanturier» sur son site, rétorque : «Au contraire, notre but est justement de tenter de réaliser la chose la plus difficile avec les énergies renouvelables.»… Il oublie volontairement quelques «légers» détails en ne parlant que des énergies renouvelables!

 

Bertrand Piccard, un très médiatique lascar

Devra-t-il mettre son avion SI 2 au rencard ?

Les intempéries ont cassé son beau jouet,

Chez les Japonais, abîmé sur le taxiway.

 ***

Le vent, énergie renouvelable si l’en est,

En un jour funeste, l’engin malmenait.

Une semaine de réparation il faudra

Puis, la «savanture» onéreuse reprendra.

 ***

Piccard, en très grand communicateur,

Et encore plus fabuleux manipulateur,

Raconte quelques à-peu-près à la presse

Celle qui, autour de lui, toujours, se presse.

 ***

Avec un chouia d’énergie renouvelable,

Et les autres en quantités non mesurables.

Le bilan énergétique global est fort pitoyable

Mais chut ! N’en parlons pas ! Que diable.

*** 

Un tel propos ternirait l’égo du psychiatre,

Éteindrait les feux de son joli théâtre.

Ici, la «savanture» humaine n’est qu’un emplâtre

Seul le marketing est roi dans cet amphithéâtre. **

*******

** «amphi = autour», donc «Amphithéâtre» est parfaitement adéquat pour la tragi-comédie qui se joue autour de notre globe sous l’impulsion du Soleil… Attention, bien que la confusion puisse être aisément possible, dans le cas précis, lorsqu’il est question de Soleil donc d’une étoile ou star, il ne s’agit pas de Bertrand Piccard, mais bien de notre astre du jour.