Des radars un peu vaches*

Des radars un peu vaches*

Nous, les Suisses avons de nouveaux radars.

Un système qui devrait être le bel étendard,

D‘une protection à obtenir sans retard.

Achetés par nos militaires vantards,

Le beau projet subira un ou l’autre retard.

Les bidules, mouillés tels certains pétards,

Seront peut-être même jetés au rencard.

L’«ministre» vient d’sortir l’affaire du placard.

 

«Ueli» a enfin mis l’histoire sur la table.

Et bien qu’éventuellement réparables,

Nos «oreilles» sont encore incapables,

De différencier, -oui c’est désagréable-

Les aéronefs des vaches sur l’alpage.

Toute la presse en a fait grand tapage.

 

Si la Suisse a la vache pour apanage,

Chez les politicards, c’est le copinage.

Jamais aucun ne dira à Ueli : «Dégage !

Ouste ! Mets ton incompétence en gage.»

Aucun d’eux n’en fera tout un fromage

De l’Armée «Ueli» restera l’affreux mage ! 

* Titre emprunté au «Canard Enchaîné». Lui, a parlé du fait en ces termes (no 4925 du mercredi 18 mars 2015) :

Drame dans la Confédération helvétique : les nouveaux radars d’approche des aérodromes militaires suisses confondent les innocentes vaches ses déplaçant dans les alpages avec des ennemis non identifiés !
D’après le magazine «Blick» le ministre de la Défense, Ueli Maurer, l’a reconnu avec une placidité de bovin : «Apparemment, cela fonctionne en plaine. Mais, en montagne, lorsque, par exemple, une vache se déplace sur les versants, le radar identifie l’animal comme un objet ennemi, ce qui est ennuyeux.»
Tu l’as dit bouffi. D’autant que la vache sacrée pour les Suisses est un «véritable emblème national», rappelle la «Tribune de Genève» (14/3). Qui pis est, la résolution du problème tarde à venir : le défaut a été détecté dès 2013, et de nouveaux tests ont été réalisés à l’été 2014, mais ils n’ont pas été concluants. Du coup, la mise en place des radars, prévus en 2016, a été reporté à 2020.
Bref, il n’y a pas le feu au lac ? Mais ce n’est pas du tout la faute des Suisses s’ils se fourrent la vache dans l’œil. La responsabilité incombe à l’entreprise allemande qui a vendu ces radars myopes à l’armée helvète comme à l’armée de son propre pays, qui peine aussi à s’en dépatouiller. Du coup, la douloureuse de l’installation a déjà grimpé de 296 à 363 millions et ça pour de la bouse !
** Ueli Maurer, Conseiller fédéral en charge de l’armée. Il n’y a pas si longtemps on aurait encore dit : «Ministre de la Guerre».
Publicités
Dix morts pour rien.

Dix morts pour rien.

L’ancien patron de TF1, Patrick Le Lay, l’avait dit:

«Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible».

Aujourd’hui, la réalité de la télé (ou la télé-réalité?), c’est que, ne pensant qu’à l’audience et au fric, TF1 vient d’éparpiller les cerveaux disponibles de 10 personnes, dont 8 Français. Morts uniquement parce que quelques cerveaux  sans cervelle – puisque remplacée par un tiroir-caisse – avaient décidé d’augmenter le pactole!

Hommage aux 10 personnes mortes pour rien:

Aux conquérants tombés de «Dropped»

D’après «Les Conquérants» de José Maria de Heredia. 

 

Dans un vol de deux hélicos,  hors d’une vie banale,

Fatigués de porter leurs gloires lointaines,

À Quebrada del Yeso, ces gens, une huitaine,

S’envolaient, ivres d’un rêve héroïque, mais fatal.

 

Ils allaient reconquérir leurs gloires sommitales

Que le sport mûrissait à une époque lointaine,

Lorsque les reporter parlaient d’eux à l’antenne.

Écoutés par l’entier du monde Occidental.

 

Un jour, espérant des lendemains épiques,

La mort en rafale, bien au-dessous du Tropique,

Décimait leurs rêves de mirages dorés ; 

Où, montés à l’arrière de ronflants Appareils,

Ils se virent tomber d’un ciel ignoré

Au fond d’une vallée à nulle autre pareille.

Le Fonctionnaire assassiné.

Le Fonctionnaire assassiné.

Un petit fonctionnaire de la Berne fédérale

Est mort en silence, sans un seul râle.

Après avoir pratiqué une longue sieste au bureau,

Il rentre chez lui. Finies les heures de «boulot» !

Il est patraque. Grippé qu’il est, le malheureux!

Chez lui, Madame remarque qu’il est fiévreux

Au lit, elle l’envoie illico ! Le mari a le teins cireux.

Et son souffle est particulièrement catarrheux.

La grippe, elle sait la manière de la comprimer.

À coups de grogs bouillants et de comprimés.

********

Mais le lendemain déjà, le malade décédait.

Et sa femme affolée, le médecin quémandait.

Le bon Docteur ne peut que constater le décès.

«Est-ce que Monsieur commettait des excès ?

Un métier stressant ? Du mobbing, peut-être ?

Ce sont là des éléments que je dois connaître.

Je dois déterminer de quoi votre époux est mort,

Pouvoir signer le certificat de décès sans remord.

«Docteur, mon mari était un simple fonctionnaire !

Et son chef, homme fort correct et plutôt débonnaire. »

********

« S’il en est ainsi, vous avez occi votre mari ! »

« Dieu, non ! Je le jure ! J’n’ai pas tué Jean-Marie. »

Si, c’est bien sûr, votre attitude a été assassine !

« Vous lui avez fait avaler des cachets d’aspirine. »

« Tué ?… En lui faisant prendre ce médicament ? »

« Ah oui, c’est certain!… N’auriez-vous pas un amant ?

De devoir vous partager, ce jaloux en était fort marri.

Vous avez donc voulu faire disparaître votre mari !

Avouez !… Vous connaissiez l’allergie de votre partenaire !

Au grand jamais on ne fait transpirer un fonctionnaire! »

Murmures au pied du Mur.

Murmures au pied du Mur.

Un vieux Juif habitant Jérusalem depuis toujours,

Avec une sainte ferveur, deux heures chaque jour,

Prie Dieu au pied du Mur, celui des Lamentations.

Deux mains sur la pierre, il entre en méditation.  

****** 

Arutz Sheva Israël, radio ultra-orthodoxe l’apprend.

Un de ses commentateurs mettra le pays au courant.

Sur la place il se rend et interroge le vieil homme.

«Bonjour à toi, Homme de Grande Foi !… Shalom !»

****** 

«Pries-tu vraiment ici chaque jour que Dieu fait ?

Ni la pluie, ni le vent ni le froid ne t’effraient ?

Chaque jour, demain, aujourd’hui et déjà hier,

Que demandes-tu à Jéhovah dans tes prières ?»

******

«Depuis cinquante ans, je demande à mon Dieu

Qu’il nous accorde la paix et des jours radieux.

Que les religions se comprennent et s’apprécient

Qu’enfin le Dieu d’Abraham envoie le Messie»

******

«Et depuis tout ce temps, qu’elle est ton impression ?

Les diverses religions vont-elles vers la  réconciliation ?»

«Ah, vraiment non ! Dieu n’entend pas mon murmure !

J’ai la franche impression de ne parler qu’à… UN MUR !»

****** 

Moralité: Murmurer à un Dieu, quel qu’il soit***,

Ne sert à rien. Il faut crier sa colère sur les toits.

Que les «Papes» qui exigent que tous croient,

Sachent que leur Monde est en plein désarroi.

C’est autrement que le croyant veut vivre sa foi,  

Là, même l’athée dira: «Oui, la foi a du bon, parfois» !

***************

*** Je m’empresse de dire que «je ne suis pas Charlie». Pour tous, je ne suis qu’un charlot et, selon lequel des religieux intégristes (il y en a dans toute religion) me qualifiera, je serai soit mécréant, kâfir ou goy… Et, «mon Dieu»! Pourquoi ne serais-je pas tous les trois !